Le single banni du "claqueur de doigts"...

03/05/2021

Prodige de la musique, surdoué des Beaux-Arts, il est accordé que Serge Gainsbourg est l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus talentueux que la France ait connu. Surnommé "le claqueur de doigts" dès 1959 (en raison de la sortie d'un de ses 45 tours portant ce titre),  il fut d'abord un enfant du jazz. Les médias de l'époque évoquèrent même une sorte de jazz brutal le concernant. Personnage apriori ambivalent, il arbore dès 1980 un tout autre style et se crée un personnage mystique et laisse sous-entendre que ses trois centres d'intérêt sont l'alcool, la cigarette et les femmes. En réalité, quand "Gainsbourg se barre, Gainsbarre se bourre", résume sa fille Charlotte. Provocateur, dérangeant, avant-gardiste ou encore virtuose, il est soit aimé, soit détesté, mais n'en demeure pas moins un artiste dont la carrière a été faite sans concession, dans la plus grande des sincérités et dans le plus profond respect de son public. 

Retour sur l'un des plus grands succès internationaux français.

Je t'aime... moi non plus 

Écrite à l'origine en 1967 et enregistrée en duo avec Brigitte Bardot, la chanson va devenir un succès international en 1969, lorsque Serge Gainsbourg l'interprète aux côtés de Jean Birkin. On peut même dire que la chanson a été créée à ce moment là. Cependant, la maison de disques Philips, qui est la maison de disques de Serge Gainsbourg, trouve la chanson trop osée et ne veut pas prendre le risque de sortir cette ritournelle érotique. En réalité, c'est sous les ordres de la reine hollandaise Joanna que le pressage est arrêté, rejetant cette "pornophonie" (Philips étant à l'origine un label hollandais). L'enregistrement sortira donc en France sous le label Disc'Az en 1969. Seulement, la chanson est rejetée en bloque par les radios. Aucune ne veut faire l'objet d'un scandale. Non seulement en France, mais à travers le monde : l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal, le Brésil, la Suède, les Pays-bas, le Royaume-Uni, l'Afrique du sud, les USA etc... les productions sont parfois même arrêtées (surtout en Italie quand le Vatican y met son grain de sel). Malgré tout, ce brouhaha devenu médiatisé va être la meilleure des publicités. En effet, les gens veulent écouter à tout prix ce que ce microsillon renferme de si dérangeant; rappelons-le, déconseillé aux moins de 21 ans ! À partir de là, les ventes explosent. Le succès est retentissant tant en Europe que dans le monde. La chanson gagne même le marché américain et se classe au HOT 100 aux USA. Jamais un tel succès n'avait frappé un artiste français à l'exception d'Edith Piaf. Le label Philips finit même par sortir le single sous sa propre griffe et les productions reprennent un peu partout. 

Habitué à des ventes très médiocres de quelques dizaines de milliers de copies, et ce pour ses meilleures ventes, le voici devenu millionaire du disque. 

Classements et ventes en Europe

Le titre a été un énorme tube en Europe et une très grosse vente dans la plupart des pays scandinaves en 1969. Certains pays ne disposaient pas à l'époque de classements, c'est pourquoi tous ne figurent pas dans le tableau ci-dessous.

Classements et ventes hors-Europe

Le titre est l'un des rares titres français à avoir atteint les charts étasuniens. Certains pays ne disposaient pas à l'époque de classements, c'est pourquoi tous ne figurent pas dans le tableau ci-dessous.

Dans le temps, la chanson n'a eu de cesse de faire le tour du globe et est apparue sur divers disques à travers le monde. En 1980, en URSS, en prenant compte de l'ensemble des supports sur lesquels la chanson a été pressée, plus de 165 000 acheteurs ont pu écouter "Je t'aime... moi on plus".  En ventes cumulées, la chanson a atteint les 6 millions d'unités à travers le monde. Elle est l'une des chansons françaises les plus vendues. 

Le saviez-vous ?


En France, Serge Gainsbourg aura reçu au cours de sa carrière plus d'une dizaine de disques d'or, ainsi que trois double disques d'or, neuf disques de platine et un double disque de platine pour l'ensemble des supports vendus. Également, il obtiendra un Gold Leaf Award au Canada venant certifier les ventes de son single "Je t'aime... moi non plus"  et un disque d'or en Belgique en 1988. En outre, en tant qu'auteur pour divers artistes, il fera vendre plusieurs autres millions de copies.